Le cheval de trop

Le théâtre des Bergeries offre à nouveau l’hospitalité à l’association Rêvons la culture. Nous remercions chaleureusement toute l’équipe du théâtre qui nous soutient dans cette aventure et espèrons que notre action viendra combler  le vide occasionné par cette fichue situation sanitaire. Heureusement le théâtre vit encore, nous aussi, nos cœurs battent, ceci n’en est qu’une petite partie visible.

Après avoir déposé nos souliers au pied d’un sapin, nous revenons ici avec nos gros sabots. Si la présence du sapin est assez explicite, l’arrivée du cheval demande une petite explication.

L’objet/sculpture s’est transformé, dans un souci de recyclage et de durabilité. L’objet peut se déplacer, sortir du théâtre pour aller dans une expo (salle Joséphine Baker en mars), et rejoindre le Petit Noisy en juin pour la parade des animaux (fête de quartier au 140). Ainsi il répond à cette tendance au nomadisme, allant de quartiers en quartiers, qui fait l’esprit de Rêvons la culture, les cultures. Ce cheval de trop, à la morphologie fantaisiste, c’est aussi le support de nos expressions, un relai que nous-nous tendons, passant de la menuiserie à la soudure, du papier au tricot, d’idées en idées. Tous les talents et savoir-faire se conjuguent pour fabriquer un objet, ce que nous désignons par « sculpture sociale », un objet qui fait rêver, prête au sourire et alimente nos imaginaires, nous replonge dans des lectures et séries où le cheval est à l’honneur (Don Quichotte, Zorro, Lucky Luke, l’ombre de la Jungle…).

Le cheval de trop… Le cheval de Tes Rêves Oeuvre Parfois… Parfois nous avons besoin de nous distraire, nous questionner aussi sur nos modes de déplacements et la gratuité  de nos actes. Ici dans cette vitrine offerte, c’est un nouvel acte de l’histoire du collectif, une histoire que nous faisons pour Vous et que nous rêvons de partager avec Vous. Hue donc !

Les membres de l’association Rêvons la culture.